11 juin 2011

It feels so good in the bay.

Cet article n'a pas été planifié. Je reprend les platines du blog. De nombreuses choses sont arrivés à mes tympans durant tout ce plus d'un mois d'absence. Des albums ont été leakés, certains sont ensuite sortis et on surtout plu ou laissé perplexe. Des concerts ont eu lieu et un énorme crush musical est arrivé. Je ne vais peut-être pas parler de tant de choses à la fois. Alors autant dire que l'éponyme de Cults a touché mon coeur, que le Suck It And See de la bande à Alex Turner m'est paru comme une bonne playlist dont l'ambiance générale plait malgré quelques titre qui déplaisent et que Bon Iver, Bon Iver (qui sort dans neuf jours) ne m'a ni touchée ni repoussée. Mais j'en parlerai plus tard (si possible). Ce qui n'a pas empêché un des plus grands crush musical (et pas seulement) de ces dernières années : Tyler, The Creator, le seul nom qui arrive à s'échapper de ma bouche. La musique, le personnage, tout m'attire.




Et puis les concerts, qui ne furent pas nombreux, mais peu importe. Autant parler tout d'abord du showcase acoustique de Metronomy, le 24 mai, ce qui remonte. Ce n'est qu'un showcase qui ne devrait pas même être noté dans les esprits, mais ces plus de vingt minutes d'acoustique de Metronomy furent marquante. Autant le dire franchement, j'étais venue bien plus qu'en touriste. Metronomy on les connait tous depuis longtemps, ça fait trop longtemps qu'on danse sur "A Thing For Me". Puis plus tard est sorti The English Riviera dont tout le monde s'est mis à parler. Et Dieu sait que ma personne ne se penche jamais sur les groupes/artistes dont tout le monde parle (mon côté underground). Au final, je faisais la queue devant la Fnac (en écoutant OFWGKTA) et n'ayant en tête qu'une seule chanson du dernier album de Metronomy (oui, honte sur moi).


Je ne me souviens pas vraiment de ce qui était arrivé, c'était il y a bien trop longtemps. Mais il est sûr que quand les quatre petits Metronomy sont arrivés face à nous déjà en train de rigoler. Ils ont entamés avec un joli "Corinne" bien dansant qui a fait secouer de la tête bien des gens de mon rang (le premier rang, ouais ouais). Y avait quelque chose de chaleureux dans leur façon de jouer, on sentait l'amitié qui les unissait, la façon dont ils se regardaient, rigolaient au milieu d'une chanson, se retournaient quand l'un d'eux se trompaient, on se sentait pris dans cette bulle pleine de convivialité. On riait avec eux, aux "merciiii" très aigus que lançait Jo à la fin de chaque chansons, au moment où il nous demandait si on savait quelle chanson ils allaient jouer et qu'on se retenait tous de crier "The Look". Cette proximité ressentie m'a fortement marquée, et c'est sûrement ce que je garde le plus en souvenir, moins les chansons sur lesquelles j'ai tapé du pied. Mais je suis presque sure qu'ils ont joué les dansants "Corinne", "She Wants", "The Look" et pour clôturer un beau, très beau "The Bay". Une chanson que j'ai beaucoup aimé pour son interprétation acoustique puis plus tard, pour une autre raison (teaser d'un article prochain). Quatre chansons qui ont donné l'envie d'écouter l'album toute la soirée puis de les voir en vrai concert.


4 commentaires:

Laila a dit…

No cerveaux sont connectés ^^

Laila a dit…

Nos* T_T

woocares a dit…

Bien dégouté de les avoir ratés le mois dernier, je ne vais pas tarder à prendre mes places pour novembre au Transbo

Anonyme a dit…

Ils ont l'air vraiment super en live,moi j'irai les voir en concert au festival Elektricity à Reims :D